Le mystère de la Généalogie des Canards

Le Mystère de la Généalogie des Canards
Depuis des décennies, les amateurs de BD de Donald et Picsou se trouvent confrontés à un étrange problème: la généalogie de leurs héros. Pourquoi ? C’est que, là où Tintin, Spirou ou Bugs Bunny peinent à aligner deux parents de suite, Donald et Picsou semblent vouloir rattraper cette faiblesse de leurs collègues. Quelques centaines de Duck apparentés à ce duo de base ont été créés en série, et ce depuis 1937! Certains comme Riri, Fifi et Loulou, Daisy Duck, Popop, Gontran Bonheur, Gus Glouton ou Gripsou sont devenus des personnages récurrents. D’autres n’ont fait que passer, comme Herbert Coot, la tante Drusilla ou le cousin Abner. Certains enfin, les plus nombreux, ont juste été cités au détour d’un dialogue (Mousie Mona, l’oncle Ben, Gumboot Duck…).
Les relations exactes entre ces différents personnages sont trés peu explicitées dans les BD. Pour y voir plus clair, auteurs et fans ont tenté depuis les années 50 des arbres généalogiques.
Arbre n°1: L’œuvre de Carl Barks.

Carl Barks fut le premier à tenter de mettre de l’ordre dans tout ça, en créant un arbre pour son usage personnel, une sorte de pense-bête. Il faut dire que Barks est le créateur d’un certain nombres des cousins les plus connus, comme Picsou lui-même, Gontran Bonheur, Gus, Géo Trouvetou, Daisy, et j’en passe.
Il créée pour l’occasion quelques personnages, comme Hortense McPIcsou, sœur de Picosu, et Quackmore Duck (alias Rodolphe), le père de Donald… Il donne aussi une première version des parents de Gontran: fils de Daphnée Duck et Luc Glouton, il sera adopté par Gustave Bonheur et Mathilde McPicsou après la mort d’indigestion de ses parents.

Arbre n°2: L’intermède Bradbury

Dans l’histoire de Ray Bradbury L’héritage de Pokerface McPicsou (1953), Donald sort de sa manche un curieux arbre généalogique pour expliquer à ses neveux le lien qui les unit à Pokerface McPicsou, dont il vient d’hériter. Disons-le: on a rarement vu un arbre généalogique ausssi mal fichu ! Aucun lien de parenté clair n’est montré, et les seuls personnages à en faire partie sont des protagonistes de premier plan. De plus, Riri, Fifi et Loulou Duck sont inexplicablement absents. À croire de Bradbury ne voulait pas trop se mouiller…

Abre n°3: Hibernaduck et les cousins Bonheur

Il faudra attendre encore 1960 pour accéder à un arbre digne de ce nom qui fait bien vite oublier l’hérésie de Bradbury: dans leur histoire Hibernaduck le chaînon manquant, Carl Fallberg (scénario), Tony Strobl (crayonné) et Steve Steere (dessin) nous régalent avec un arbre reprenant pas moins de 17 personnages. Si certes les leins de parenté ne sont pas clairment explicités, on notera tout de même que des cousinages plus ou moins proches sont illustrés, comme entre Blackduck et Gontran, Daisy et ses nièces, Duck-2-guns et Ebenezer… Une version intéressante, même si elle n’est pas parfaite !

Arbre n°4: Ancêtres lointains…

Dans son histoire de 1963 L’arbre généalogique de Donald, Tony Strobl montre Donald et son oncle Ludwig von Drake/Donald Dingue sur les traces de leurs ancêtres. Donald cite parmis ses ancêtres glorieux le prince Donald 1er qui règna sur la Donaldière (en VO, Prince Donamaine Duck, qui régna sur la Duckzalvania), et Don Donald, héros espagnol (Don Juan Duck). Ludwig von Drake lui rappelle aussi l’existence parmis ses ancêtres d’un bandit de grands chemins et d’un savant peu honorable qui voulait prouver que la terre n’était pas ronde. L’arbre est trop petit pour que l’on puisse lire les liens de parenté exacts entre les personnages.

Arbre n°5: Carrelage original !

Dans l’histoire Oncle Picsou a… de la branche ! (1976), Michele Gazzari et Massimo De Vita font carreler à Picosu son coffre avec une reproduction géante de leur arbre généalogique. Comme ils ne connaissent pas l’un des parents dont le nom est inscrit dessus, ils décident d’aller le voir (il s’agit d’Onésime Picnald, alias Dietbald Duck). On peut aussi voir, sur la même branche que Gontran Bonheur, un mystérieux personnage appelé Soupic…

Arbre n°6: Les ancêtres transalpins

L’excellente série de BD italienne Storia e gloria della dinastia dei Paperi (littéralement Histoire et gloires de la dynastie des Canards) est basée sur l’histoire à travers les âges des ancêtres du clan McPicsou. La page de garde d’une édition en album de la série est constituée de la mise en relation de portraits des différents ancêtres présents dans la série, présentés en ordre chronologiques. Le personnage à la base est Pah-Peh-Rheo, trésorier égyptien et plus ancien ancêtre de Picsou présent dans la série. Le grand-père de Picsou est le personnage à droite du sosie de Donald en haut à gauche; Picsou lui-même se trouve en trés petit, tout en haut, à droie du grand-père en question.

Arbre n°7: Les finnois s’y mettent aussi !

Cet arbre issu du magazine Akku Anka et réalisé en 1981 reprend entre autres les armoiries de la famille Duck, une idée amusante. On peut voir Elvire Picsou, la mystérieuse sœur de Balthazar Picsou ressemblant à Grand-mère Donbald… Curieusement, Popop est ici inséré comme le fils d’un frère de Picsou, ce qui est assez improbable puisqu’il porte un autre nom de famille que « McPicsou ».

Arbre n°8: Mark Worden reprend le flambeau

En 1981, le fan de canards Mark Worden entre en possession d’une copie de l’arbre de Carl Barks. Estimant qu’une telle entreprise méritait une version illustrée, il enrichit la généalogie Duck tout en l’illustrant. Il reprend l’hypothèse de Barks quand aux parents de Gotnran, et créée quelques personnages nouveaux, comme le père de Riri, Fifi et Loulou qu’on voit ici pour la première fois, et le père de Luc Glouton, apparu comme figurant dans certaines histoires mais jamais dit comme faisant partie de la famille Canard.

Abre n°9: Barks l’indécis

En 1991, Barks redessine son croquis en changeant de nombreux détails, surtout pour ce qui est des parents de Gontran: plutôt que l’étrange histoire d’adoption, Barks décide tout simplement qu’il est fils de Daphnée et Gustave Bonheur. Oui mais… Alors, pourquoi Picsou le considère-t-il comme son neveu ? Il y a là un singulier manque de logique. Certains personnages, comme Old Scotty, ont mystérieusement disparu. Et des personnages avec de vrais noms (comme Quackmore et Hortense) dans la version d’origine sont remplacés par des points d’interrogation ici… En somme, la seconde verison de l’arbre est bien inférieure à la première. !

Arbre n°10: Premières tentatives françaises

Cet arbre généalogique paru dans Picsou Magazine est le premier à mentionner deux détails: la parenté directe entre Donald Dingue et Daisy, et celle entre ladite Daisy et Zaza…
Il reste pour le reste assez conventionnel, ne reprenant que peu de personnages.

Arbre n°11: Maestro Keno

C’est en 1993 que Don Rosa crééra cet arbre devenu extrêmement célèbre. Il s’agit d’une sorte de fusion des deux arbres de Barks et de celui de Worden, dont il reprend les codes graphiques, et augmenté de nouveaux personnages inventés par Rosa ou apparus de manière anecdotique chez Barks à tel point qu’il ne s’en souvenait pas (comme les cousins Herbert et Abner Duck ou l’oncle Barnabée). Les éditeurs l’obligèrent à inclure Popop, qu’il ne souhaitait pas prendre en compte. En revanche, ils lui ont interdit d’utiliser Ludgwig Von Drake, qu’il souhaitait insérer comme mari de Mathilde McPicsou.

Arbre 11bis: Le retour de Don Rosa

Don Rosa déteste qu’on lui force la main. Il créée donc une version alternative de l’arbre; cette fois, il incluera Ludwig Von Drake, qu’on le veuille ou non ! Et tant qu’il y est, il ne va pas se priver de l’autre personnage qu’on lui avait interdit d’utiliser: le Père de Riri, Fifi et Loulou Duck. Cette version, coloriée par ses soins, a été tirée à plusieurs exemplaires et offerte à des fans. On notera que si le visage du mystérieux papa des neveux est bien visible, son nom est laissé en blanc, de même que le nom de famille de Riri, Fifi et Loulou. Don Rosa a pris l’habitude, chaque fois qu’il en offre un examplaire à un fan, d’écrire le nom dudit fan (dans le scan que nous possèdons, Jamie Hawkins) dans le blanc, et le nom de famille du fan sous « Riri », « Fifi » et « Loulou ».

Arbre n°12: Le curieux travail de M. Grote

Cet arbre généalogique allemand réalisé en 1999 se caractérise par le fait qu’il créée un grand nombre de personnages indépendants et même pas nécessaires à la généalogie des canards, juste là « comme ça »… Il inclut aussi de nombreux personnages plus ou moins ouveaux en partant de ce principe simple: tous les canards dont on voit des portraits accrochés chez Daisy, Picsou et Donald sont probablement leurs cousins. Il leur cherche donc une place, et la trouve !
Comme cet arbre est, de prime abord, assez difficile à comprendre, le lecteur curieux se reportera à l’arbre généalogique du contributeur wikia (voir article suivant) qui reprend la plupart des personnages de l’arbre et s’efforce de les faire correspondre avec la généalogie classique des Duck.

Arbres 13 et 13bis: Rêves de Fans…
Cette foisonnance de versions de l’arbre donna envie à quelques fans de débroussailler tout ça eux-mêmes. Il en résulte deux arbres gigantesques, fruit du mélange des 12 arbres précédents. L’un, réalisé par le fan inconditionnel Gilles Maurice, est disponible au format PDF sur ce lien:
http://goofy313g.free.fr/calisota_online/trees/ducktrees/myducktree.pdf
L’autre est lœuvre d’un contributeur des sites Wikia sur la BD Disney Picsou Wiki et Wiki Universduck (au demeurant, il s’agit de votre serviteur). Vous pouvez le voir (format JPEG) en cliquant sur ce lien:
http://img2.wikia.nocookie.net/__cb20140628183643/picsou/fr/images/f/f8/Mypersonalduck

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *